Islande

Écrit par Marion | Le 10 février, 2018

Islande, la terre de glace, un pays mystérieux qui me faisait rêver depuis longtemps. A l’occasion de mon vingtième anniversaire, mes parents (que je remercie encore mille fois) ont pu faire de ce rêve une réalité. Partie en voyage organisé par une agence de voyage, nous étions un petit groupe de 5 accompagnés par une guide passionnée par ce pays. Des paysages extraordinaires aux aurores boréales, je vous raconte les temps forts de ce voyage.

 

L’Islande

 

 

 

 

L’Islande est une île qui se situe à  2417 km de la Finlande (Reykjavik-Helsinki). La liaison se fait en 3h30 d’avion environ, grâce à la compagnie Icelandair. Compagnie qui propose le wi-fi dans ses avions (mais je n’ai pas réussi à le faire marcher) et des super tablettes tactiles même en classe éco. C’est important de le préciser, j’étais comme une gamine.

 

Ce pays fait partie de l’Union Européenne mais pas de la zone euro, la monnaie est ici la couronne islandaise (ISK).

1 euro équivaut à environ 120 ISK selon le cours du jour.

L’islande est également un pays du Nord, et… qui dit pays du Nord, dit CHER. Mais vraiment. J’osais me plaindre de la Finlande, venir ici m’a fait relativiser. Je me suis vue payer 15€ pour un subway, 30€ pour un hamburger ou encore 20€ pour une soupe.Et puis ce n’est pas que la nourriture, tout, absolument tout est cher en Islande.

 

Point à ne surtout pas négliger dans un budget prévisionnel.

 

L’Islande est une terre de volcans et fait face à une très forte activité volcanique. On se rappellera notamment de l’épisode avec le volcan Eyjafjallajökull qui a eu lieu en 2010. D’ailleurs on m’a appris à le prononcer, un petit moyen mnémotechnique est de dire : « Eh ! Y’a Fiat là ! Yo cutle. ». Bonne chance.

 

Grâce à ces volcans, l’Islande jouit d’une activité géothermique très importante, et utilise cette énergie pour alimenter tout le pays en électricité grâce à celle-ci. Il existe un tel surplus d’énergie que les Islandais ne payent pas l’électricité.

 

Voilà, c’était la partie histoire, qui peut servir dans une conversation pour tenter de briller en soirée le samedi soir.

 

 

 

Le Lagon Bleu

 

 

 

 

 

Un des premiers temps fort de mon séjour. Le Lagon Bleu est une station thermale qui se trouve être un lac artificiel en plein milieu d’une zone volcanique. L’eau  y est d’un bleu turquoise à tomber. Riche en souffre, elle est en moyenne à 38°c, et est chauffée grâce à la géothermie. Elle sort cependant à 240°c du sol, elle doit donc passer par une station avant d’alimenter la station (tant mieux).

 

La station du Lagon Bleu, c’est désormais un site touristique. N’espérez pas y croiser un islandais, ils peuvent trouver une eau avec les mêmes bienfaits en allant à la piscine. Ici, tout est étudié pour faire du commerce.

 

 

Déjà, comptez 60€ pour une entrée basique au Lagon, qui inclut donc l’entrée au Lagon (temps illimité), l’accès au shampooing et après-shampoing soin pour l’eau soufrée, et un masque à l’argile pour la peau une fois dans l’eau.

Ensuite, toute activité/boisson supplémentaire est payante. Mais on ne peut pas se balader avec sa carte bleue sur soi, même si elle est waterproof. On est donc équipés de bracelets, auxquels chaque « achat » s’ajoute tout au long de notre temps passé au Lagon Bleu. Une petite bière ? Hop ! On tends le bracelet, elle sera ajoutée à la note. Un masque aux argiles purifiantes ? Tching !

 

Ensuite, de retour aux caisses à l’entrée, on fait scanner son bracelet, et on paye alors l’addition.

 

 

Mais ce côté « machine à touriste » n’enlève rien au charme de l’endroit. Sortir dehors à -1°c en maillot de bain pour se jeter dans l’eau à 38°c, nager au milieu de la roche volcanique, admirer le paysage… L’expérience est absolument magique. De plus, il est très facile de se retrouver seul tellement le lac est grand.

 

Peut-être cliché, le Lagon Bleu est un des incontournables quand on vient en Islande.

 

 

 

Les paysages

 

 

Si je dois résumer mon séjour en un mot, je dirai : Paysages. Et parmi tous les paysages que j’ai eu la chance de voir, certains m’ont marquée de par leur beauté et leur naturel.

 

 

 

 

 

L’un de ces paysages marquant a été la chute de Gullfoss. C’est l’une des étapes du circuit dit du Cercle d’or.

Cascade de 32 mètres de haut, Gullfoss est également appelée la chute d’or. Non pas qu’il y ait quelconque trésor caché ici, mais elle doit son nom à l’arc-en-ciel que l’on peut apercevoir juste à côté d’elle quand le soleil est bien orienté. Comprenons-nous bien, je n’ai pas pu voir cet arc-en-ciel car la cascade était encore à l’ombre quand nous y sommes arrivés.

Très beau paysage enneigé, il faut cependant du courage pour arriver devant la cascade. Une fois devant celle-ci, il y avait en effet des rafales de vent de plus de 95km/h, et niveau rassurant quand on se trouve sur un point de vue en bois c’est pas top. Le paysage restait cependant à couper le souffle (mais pas du vent).

 

 

 

 

Une autre randonnée m’a principalement marquée lors de on séjour. Il s’agit d’une randonnée à travers les montagnes, qui nous a finalement conduits à un glacier. Il y avait juste nous, et le silence. On s’est alors sentis tout petit, seuls face à la nature. Je n’ai pas les mots pour décrire la sensation que j’avais à ce moment là. C’était simplement quelque chose de fort. L’immensité des montagnes, mais la douceur qu’apportait toute la neige, avec en fond un glacier d’un bleu turquoise, tout cela formait un tableau incroyable.

 

Encore aujourd’hui repenser à cet endroit me rappelle cette sensation unique au monde.

 

 

 

Aurores boréales

 

 

 

Attraction principale de mon séjour : les aurores boréales.

Il en aura fallu du temps avant d’avoir la chance d’en voir. Après une expédition annulée faute de nuages, une soirée rentrés bredouilles à cause du mauvais temps, et la fameuse pleine lune de sang, la tableau semblait tout à fait défavorable pour voir une aurore boréale.

Et puis un soir nous sommes partis, bien déterminés à voir ce qu’on voulait. C’était la pleine lune. Brillante, éclairant le ciel d’une grande lueur blanche, on a commencé à se dire que c’était mal barré.

Puis d’un coup, une trace blanche dans le ciel. J’ai tout d’abord pensé que c’était un nuage, car sincèrement ça y ressemble énormément. Au bout de quelques minutes, un arc de cercle tout blanc se forme au dessus de nous. On me dit alors que c’est une aurore boréale.

 

« Oooooh. »

Je suis alors plus désorientée que sous le charme. Alors en fait tout ce cinéma pour une trace blanche dans le ciel ?

 

Et puis, 20 minutes plus tard, le vrai spectacle commence. L’aurore boréale est désormais bien plus large, et se distingue de mieux en mieux. On peut la voir bouger et se déplacer dans le ciel. On essaye alors tous de capturer ce moment, et autant dire qu’avec un smartphone dans l’obscurité, c’est compliqué.

A un moment, je retourne vers le mini-bus pour aller chercher ma batterie portable pour recharger mon téléphone. Je lève alors la tête. Je peux  alors voir l’aurore boréale danser au-dessus de ma tête, comme on peut les voir dans les documentaires. Le spectacle est encore plus extraordinaire en vrai.

 

Nous nous mettons ensuite tous dans un coin, et nous goûtons à un alcool local, le Brennivin (qui selon moi à un arrière goût de dragées). On déguste en même temps des morceaux de poisson séché, très riche en protéines, qui sont des chips pour les Islandais en quelque sorte.

Nous finirons notre soirée là dessus, avant de retourner à l’hôtel nous coucher et rêver d’aurores boréales.

 

 

 

 

 

Pour conclure

 

 

Ce voyage a été vraiment quelque chose de fantastique pour moi. J’ai pu en à peine quelques jours en apprendre énormément sur un pays que je ne connaissais pas, sur ces habitants, ses coutumes, et ce grâce à notre guide. Passionnée et curieuse, elle nous a appris énormément d’anecdotes sur la culture islandaise, de l’origine des noms de famille aux techniques de dragues des islandais, en passant par des histoires sur le Président du pays et sa proximité de la population. Ce fut très enrichissant et je garde un très agréable souvenir mon voyage grâce à elle.

Je retournerais en Islande, déjà pour ses paysages. Mais en été cette fois. Et puis je pourrais de nouveau goûter à l’églefin, ou bien à la truite arc-en-ciel, ou bien tester de nouveau les testicules de mouton en gelée (quelle incroyable spécialité locale).

 

A très bientôt, pays des vikings.

2 réponses à “Islande”

  1. Aurélie dit :

    Je me sens moins seule… j’ai eu la même réaction en voyant un début d’aurores boréales en Norvège!:-) Je voyais aussi un nuage blanc et j’étais super déçue… avant que le vrai spectacle commence!
    Sinon je pars en Islande en mai, donc merci pour cet article! et ces quelques informations. J’hésite du coup à aller au Lagon bleu…

    • Marion dit :

      Salut !
      Oh toi aussi tu as eu la chance d’en voir ? Oui c’est vraiment déboussolant au début !
      L’islande en mai, ça doit vraiment être magnifique, je suis sûre que tu verras des paysages totalement différents de ce que j’ai pu voir. Profite bien surtout !:)
      Je ne déconseille pas le Lagon Bleu. Il y a clairement un côté touristique et lucratif, et ils ne le cachent pas. Après, je pense sincèrement qu’on peut éviter tout ce côté « touristique », j’ai réussi à le faire. Le Lagon est tout à fait assez grand pour se retrouver seule et simplement admirer le paysage et profiter de l’eau dans son coin. Non je te le conseillerai vraiment, ça reste quelque chose à faire en Islande 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera jamais publiée, ou utilisée à des fins commerciales. 

Les champs obligatoires sont indiqués avec des *.